Chaque année à cette période, c’est la grande valse de la programmation. Mais comment cela se passe-t-il vraiment ?

La programmation commence à être élaborée environ un an à l’avance. C’est à cette période que les hommes de l’ombre, les tourneurs, entrent en scène. La plupart des artistes se produisant en festivals collaborent avec ces sociétés pour organiser leurs tournées et vendre des dates aux différents organisateurs, salles, festivals…

ARTICLE PROG

Le métier de tourneur, plutôt récent et méconnu, s’est généralisé dans les années 90 avec l’arrivée d’Internet, qui a chamboulé tous les codes du marché de la musique. Avant Internet, les groupes étaient globalement rémunérés à 2/3 par le disque et 1/3 par le live. Avec Internet, cette tendance s’est inversée, et le besoin de réaliser davantage de dates à vu naitre le métier de tourneur. De plus, avec la facilité d’écoute et de découverte permise par Internet, la demande concernant les artistes internationaux a fortement augmenté, et il a fallu leur proposer de plus en plus de promotion.

Les tourneurs possèdent tous un catalogue (un « roster ») d’artistes à proposer aux programmateurs d’événements. Chaque année, seuls certains artistes sont proposés, car tous ne seront pas en tournée prochainement. Dans la plupart des cas, qui dit tournée dit sortie d’album (tout juste sorti ou sortie prochaine). Si vous pensez ou lisez parfois « il y a les mêmes artistes dans tous les festivals », c’est juste que les artistes présents en festivals sont principalement ceux qui ont une actualité récente. De plus, parmi les artistes en tournée, certains peuvent déjà avoir des dates de prévues à l’autre bout du monde à la même période, ou être tout simplement trop chers, ce qui réduit encore les possibilités.

Le rôle du programmateur est donc primordial. Il ne se penchera pas sur n’importe quel groupe/artiste, car chaque événement a sa propre ligne artistique, et doit faire face à de nombreuses contraintes d’accueil. Le programmateur doit donc jongler avec les différents noms proposés, tout en se posant de nombreuses questions :

    • La scène est-elle assez grande pour accueillir le groupe/artiste ?
    • Combien de personnes faut-il pour monter la scénographie et décharger les camions de matériel ?
    • Quelle quantité de matériel son et lumière implique la venue du groupe/artiste ?
    • Le groupe/artiste a-t-il des dates déjà prévues dans la région ?
    • Une grosse promotion est-elle prévue par le groupe/artiste durant l’année ?
    • La somme demandée est-elle raisonnable par rapport à l’ampleur de la date ?

Bien entendu, l’argument financier est important. Les cachets des artistes montant en flèche d’année en année. Il faut se montrer malin, opportuniste, avoir du flair. C’est le programmateur qui va permettre d’harmoniser la programmation sur le plan financier.

Il va ensuite proposer des offres aux tourneurs, qui vont faire le relai vers les agents des groupes/artistes. Généralement, il y a étude de plusieurs propositions. Différents événements peuvent avoir fait une offre pour un même artiste à la même date. La somme proposée pourra influencer le choix des agents, mais aussi la localisation, car pour limiter les frais kilométriques et techniques, le circuit de la tournée doit avoir du sens.

Pour ces différentes raisons, les dates d’annonce de programmation peuvent varier. L’organisateur aura beau travailler sur des noms en particuliers, il faudra de toute façon dépendre de la validation du tourneur et de l’agent du groupe/artiste. Suivant le nombre d’offres, le délai de réponse peut énormément varier. Il existe également le cas particulier de l’agent qui souhaite annoncer toute une partie de sa tournée d’un coup. Les lieux et événements concernés doivent dans ce cas se plier au calendrier du groupe et respecter une date précise, qui peut être plus avancée ou plus reculée que celle initialement prévue.

Les Insus